« Nous tenons aujourd’hui l’avenir entre nos mains. 
Ensemble, nous devons faire en sorte que nos petits-enfants n’aient jamais à nous demander ...
Pourquoi nous n’avons pas fait ce qu’il fallait et les avons laissé subir les conséquences de notre inaction. » 
 Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, 2007

 
Le développement durable a été défini en 1987 par le Rapport Brundtland comme un développement apte à :
 
« répondre aux besoins du présent sans compromettre la possibilité
 pour les générations à venir de satisfaire les leurs ».
 
Le développement durable est à la fois sociétal, environnemental, culturel et économique
Ces quatre dimensions sont indissociables.

Des chefs d’État et de gouvernement, des hauts responsables des Nations Unies et des représentants de la société civile, se sont réunis en septembre 2015, dans le cadre de la 70e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, et ont adopté les Objectifs de développement durable (ODD). Ces objectifs forment un programme de développement durable, universel et ambitieux, un programme « du peuple, par le peuple et pour le peuple », conçu avec la participation active de l’UNESCO.

L’UNESCO contribue à la mise en oeuvre de ces objectifs par son travail dans les domaines de l'Education, des Sciences naturelles, sociales et humaines, de la Culture, de la Communication et de l'Information.


 
La biodiversité, c'est la vie
La biodiversité, c'est notre vie
 
- 2010 a été proclamée année de la Biodiversité -


 



La biodiversité (ou diversité biologique), est un concept récent, puisqu'il  date  de 1992. Ce concept met en valeur  l'ensemble des formes de vie sur Terre (la faune, la flore, les milieux naturels mais aussi l'espèce humaine) ainsi que les relations établies entre elles.


La biodiversité joue un rôle essentiel dans le bien-être humain et dans le maintien du système de la vie sur terre. 
 
A travers les sciences exactes et naturelles, les sciences sociales, la culture dans toute sa diversité, l'éducation et la communication, l'UNESCO contribue, de manière multidisciplinaire, à atténuer les causes fondamentales de l'érosion et de la perte de biodiversité provoquées par le développement à court terme. 





 
                                                                                      
                                                                         cliquer sur l'image pour voir la vidéo ...

Préserver  la  biodiversité, c'est donc préserver les espèces, les écosystèmes  et  tout
ce  qu'ils peuvent apporter à l'espèce
humaine ; c'est concevoir une utilisation durable des ressources.

 
Cette aspiration commune est en synergie avec la  Déclaration universelle  de  l’UNESCO (2001)  sur  la Diversité culturelle , au regard du  contexte  global de la mondialisation, des défis socio-économiques, environnementaux et éducatifs que l’humanité doit relever en ce début de XXIème siècle.

 

      

Eduquer a la biodiversité



Cette  vidéo montre comment aborder la biodiversité par le biais de l'Éducation pour le développement durable et mobiliser les enseignants, les élèves, les chercheurs et les décideurs à réfléchir sur les 
enjeux de la biodiversité et leur interdépendance avec les problématiques globales du développement durable.

                


                                                                                   
cliquer sur les images pour en savoir plus...                   cliquer sur l'image pour voir la vidéo ... 
  
Elle montre comment l'éducation peut nous aider à mieux comprendre la valeur de la biodiversité et les causes de la perte de biodiversité. Elle donne également des exemples de comment les éducateurs et les élèves peuvent s'impliquer et aider à conserver la biodiversité.
  
Elle vise à sensibiliser le public aux enjeux de la biodiversité en inspirant les parties prenantes, y compris les jeunes, les enseignants et les professionnels des médias.
 
 
Le réchauffement climatique... 
un enjeu de civilisation.
 
2015  La COP21 

Le changement climatique est une question complexe qui a des conséquences pour toutes les sphères 
de l'existence de notre planète.

        
  

Le réchauffement climatique pourquoi ?

   



 


                               

                 
                                                                                                                                               
cliquer sur les images pour en savoir plus ...                                             cliquer sur l'image pour voir la vidéo ...     
         

Le réchauffement climatique a un impact sur les problèmes mondiaux, notamment la pauvreté, le développement économique, la croissance de la population, le développement durable et la gestion des ressources. 
Il n’est donc pas surprenant que les solutions viennent de tous les domaines et disciplines de la recherche et du développement.



L’UNESCO, à travers son mandat multidisciplinaire dans l'éducation, les sciences naturelles et sociales, la culture et la communication, est dans une position unique pour répondre au changement climatique de manière holistique.
 











                   
cliquer sur l'image pour en savoir plus ...




Compte tenu de l'impact potentiel du changement climatique, il constitue une menace directe pour les sociétés et les écosystèmes qui les soutiennent. Il est donc urgent de mettre en œuvre des initiatives d'atténuation et d'adaptation au changement climatique afin d’assurer un développement durable.











La légende Amérindienne :  le Colibri   


Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. 
Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. 
Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. 
Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : 
 
« Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » 
                                                                             Et le colibri lui répondit : 
                                 « Je le sais, mais je fais ma part. » 
Comments