Actualités‎ > ‎

L'eau : priorité d'un monde qui change

publié le 6 mars 2014 à 03:53 par Courrier ClubUnesco   [ mis à jour : 26 avr. 2014 à 07:03 ]

Exposition à La Rochelle du 21 mars au 26 avril Cloître des Dames Blanches en partenariat avec l'ONG Bleu Versant
              
« En cette Journée mondiale de l’eau, engageons-nous à élaborer les politiques qui garantiront un accès durable à l’eau et à l’énergie au plus grand nombre et non pas seulement à quelques privilégiés.  »

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU


Rejoignez-nous et diffusez vous aussi ces messages !


  1. L’eau a besoin d’énergie et l’énergie a besoin d’eau.
    De l’eau est nécessaire pour produire de l’énergie sous presque toutes ses formes et il faut de l’énergie à toutes les étapes d’extraction, de traitement et de distribution de l’eau.
  2. Les quantités sont limitées et la demande s'accroît.
    La demande en eau douce et en énergie continuera d’augmenter considérablement au cours des prochaines décennies. Cette hausse fera peser sur les ressources une pression énorme dans toutes les régions du monde, et en particulier pour les économies émergentes et dans les pays en développement.
  3. Économiser de l’énergie c’est économiser de l’eau. Économiser de l’eau c’est économiser de l’énergie.
    Les choix en termes d’approvisionnement, de distribution, de prix et d’utilisation de l’eau et de l’énergie ont des conséquences les uns sur les autres.
  4. Le 'milliard des plus démunis' de la planète a un besoin urgent d’accéder à des services d'eau et d'assainissement ainsi qu'à l'électricité.
    Dans le monde, 1,3 milliard de personnes n’ont pas d’électricité, 768 millions manquent d’accès à des points d’eau adéquats et 2,5 milliards ne bénéficient toujours pas d’installations sanitaires améliorées. L’eau et l’énergie ont des répercussions importantes sur la réduction de la pauvreté.
  5. L’utilisation rationnelle des ressources en eau et de l’énergie est tout aussi impérative que la mise en place de politiques coordonnées, cohérentes et concertées.
    Les deux secteurs pourraient améliorer leur coordination et réduire les gaspillages en essayant de mieux leurs interactions. Par des mesures concertées, les responsables politiques, urbanistes et autres professionnels pourront surmonter les obstacles séparant les deux secteurs. Des politiques nationales innovantes et pratiques conduiraient à la mise en place de services hydrauliques et énergétiques plus efficaces et économiques.
Comments